Différences entre un moulin à meule de pierre et un moulin Astrié ?


Une des questions les plus fréquentes est de savoir ce qui différencie le Moulin Astrié d’un moulin à meule de pierre. Nous faisons le point ici.




Pourquoi parle t’on d’un Moulin Astrié et non pas d’un moulin à meule de pierre ?

Le moulin Astrié rentre bien dans la catégorie du moulin à meule de pierre, c’est donc un moulin à meule de pierre spécifique.

André et Pierre Astrié sont les inventeurs du fameux « Moulin Astrié », ils ont donné leur nom à leur trouvaille. Voilà pourquoi le moulin est appelé ainsi.

En quoi consiste la trouvaille des Frères Astrié ?

Le progrès qu’ils ont réalisé, par rapport à un moulin à meule de pierre classique, permet un contrôle parfait de l’écartement des meules. Nous appelons cela un réglage micrométrique des meules.

Avec un Moulin Astrié, la céréale n’est plus écrasée entre les meules par le poids de la pierre, mais elle est déroulée entre les meules pour conserver le germe et n’écarter que l’enveloppe, c’est à dire le son. Tous les apports nutritifs de la céréale sont conservés.

Les apports nutritifs essentiels sont donc parfaitement conservés dans votre farine.

Ce réglage permet de choisir le type de farine que vous voudrez obtenir.

Il permet aussi de choisir la céréale que vous voudrez dérouler.

(Article "Tout savoir sur le moulin Astrié")

Une différence au niveau des meules

Le moulin à meule de pierre ancien utilise souvent des pierres tendres ou des pierres meulières qui nécessitent d’être assemblées, notamment avec de l’acier. Le moulin Astrié, lui, utilise du granit du Sidobre (Tarn), qui, une fois taillé de manière très précise, est d’une grande durabilité, fiabilité et qualité.

Soyez vigilants !

Un moulin Astrié qui utiliserait une meule sans Granit du Sidobre ne serait donc plus un moulin Astrié, mais bel est bien un moulin à meule de pierre classique, soyez vigilants lors de vos recherches.


Et le poids des meules ? Grâce au travail d’André et Pierre Astrié sur l’amélioration du procédé classique du moulin à meule de pierre, la taille des meules et donc leur poids à été réduit. Le moulin complet que nous vendons pèse (moulin + trémie + bluterie…) environ 200kgs.

Une différence au niveau de la vitesse de rotation

Attention !

Vous le savez, pour conserver toutes les qualités de la céréale il faut éviter toute surchauffe de la graine entre les meules.

Voilà pourquoi le moulin Astrié a une rotation plutôt lente de la meule tournante. A partir d’une certaine vitesse, la graine est chauffée, oxydée et perd drastiquement de ses qualités nutritionnelles.


Voilà pourquoi un moulin Astrié se différencie aussi d’un moulin à meule de pierre : le rendement est moins élevé pour continuellement travailler sur la qualité de la farine obtenue.

Chez Astreia, nous ne prenons aucun risque quant à la condensation, au colmatage des stries (qui vous obligerait à démonter les meules pour les nettoyer) : nous privilégions avec un moulin Astrié, une mouture à haute valeur ajoutée plutôt qu’un rendement élevé. Le rendement du moulin Astrié que nous vendons chez Astréïa est d’environ 15 kilos de farine / heure pour la mouture de blé.

Quelle est la différence entre la farine obtenue via un moulin à meule de pierre et grâce à un moulin Astrié ?

La farine obtenue grâce à un moulin Astrié contient tous les apports nutritionnels de la céréale. Le germe de blé et donc toutes ses vitamines sont parfaitement conservées durant le processus.

La farine est donc nutritive et digeste !

Ce résultat est impossible à obtenir avec les cylindres autant qu’avec d’autres moulins à meule de pierre anciens.

En effet, avec un moulin à meule de pierre classique, la céréale est écrasée, c’est le poids de la meule qui écrase la céréale. Avec un moulin Astrié, la graine n’est pas écrasée puisque vous réglez l’écartement des meules, la céréale est déroulée pour conserver le germe et n’écarter que l’enveloppe, c’est à dire le son.

Quelle est la différence en terme d’organisation du travail ?

La vitesse de rotation des meules étant plus lente, vous pouvez laisser le moulin tourner seul pendant que vous vous consacrez à vos autres activités. Il est même possible d’alimenter en continu le moulin pour qu’il travaille 24h/24.

Chez Astréïa, en fonction de l’aménagement de vos espaces, nous vous conseillons pour que la trémie soit alimentée même en votre absence.

Demandez-nous conseil, c’est notre métier !

Ce n’est pas tout ! Une différence au niveau de la trémie

Notre moulin est équipé d’une sonde qui permet l’arrêt immédiat du moulin lorsque la trémie est vide.


Vous pouvez stocker environ 25 kilos de céréales dans la trémie.

La trémie est posée sur l’archure (le système qui entoure les meules). Ces éléments se démontent facilement et rapidement au besoin.

Et la bluterie dans tout cela ?

Une fois la céréale déroulée, elle est poussée sur les extrémités par la rotation de la meule tournante. Elle est ensuite poussée naturellement par une embouchure l’amenant dans la bluterie.


Elle est alors délicatement déposée dans un tamis (livré avec votre moulin). Ce tamis est en rotation permanente, il dépose en bas de la bluterie votre farine et il évacue en dehors le son à chaque rotation.

Selon la farine que vous voulez obtenir, optez pour plusieurs tamis qui se changent en un tour de main, votre farine en bas de bluterie sera alors différente.

Alors au final, comment fonctionne un moulin Astrié ?


Nous avons écrit un article sur "tout savoir à propos du moulin Astrié"

​« Le moulin est constitué d’une meule de pierre inférieure fixe (on l’appelle la dormante) et d’une meule supérieure tournante. Celle-ci est percée d’un trou en son milieu, ce trou permet notamment l’arrivée des graines.

La rotation de la meule amène, progressivement, le grain du centre vers la périphérie en l’écrasant peu à peu avant que les surfaces, de plus en plus rapprochées et douces, ne conduisent au glissement et à l’évacuation des enveloppes non brisées. »

Au cours de la même opération, toutes les substances libérées sont intimement mélangées, y compris le germe, malgré sa consistance légèrement grasse et tenace.

Extrait du livre d’André Astrié, « Faire notre pain. Pourquoi ? Comment ? »